Quelles sont les maladies chroniques ?

Les maladies chroniques sont des affections de longue durée qui évoluent rapidement et qui généralement ne guérissent pas. Plusieurs personnes vivent avec ce genre de maladies qui  possède des caractéristiques particulières et certaines même sont prises en charge. Dans cet élément nous essayerons d’ explorer les caractéristiques d’une maladie chronique, comment on attrape une maladie chronique, les maladies chroniques prises en charge et comment vivre avec une maladie chronique. 

Quelles sont les caractéristiques d’une maladie chronique ?

La première caractéristique d’une maladie chronique c’est sa durée. Elle a une longue durée et se définit par une ancienneté de plus de 6 mois. La deuxième caractéristique est qu’ elle évolue de façon rapide pendant plusieurs mois au minimum puis commence à stagner. Autre chose, les maladies chroniques nécessitent une prise en charge d’au moins six mois. Ajouter à cela, les maladies chroniques ont un ralentissement majeur sur la vie quotidienne du patient. Ce sont des maladies qui sont associées à des symptômes plus ou moins handicapants. 

 Comment attrape t-on une maladie chronique ?

Les maladies chroniques résultent de comportements à risque tels que l’inactivité physique, le tabagisme, l’alcoolisme, la mauvaise alimentation etc.. 

Elles sont en relation étroite avec l’alimentation.  En effet, les états de surpoids et déséquilibres alimentaires peuvent entraîner une maladie chronique. Ainsi, le manque de pratique d’activité physique régulière et le manque d’hygiène alimentaire appropriée peuvent à la longue conduire à une maladie chronique et l’entretenir. 

À lire également  Manger bio : quels sont les produits à consommer en priorité ?

 

L’excès de la cigarette provoque aussi des maladies chroniques. En effet, le tabagisme dû à cet excès de cigarettes est la principale cause de maladie pulmonaire obstructive chronique.  

En outre, une consommation répétée et abusive d’alcool peut conduire à une maladie chronique. La consommation d’alcool expose à de multiples risques de maladies chroniques telles que les maladies digestives, neurologiques ou cardiovasculaires, des cancers et des troubles cognitifs. 

 

Quelles sont les maladies chroniques prises en charge ?

La prise en charge vise à aider ceux atteints de maladies chroniques à payer les frais de santé liés au traitement de ces maladies. Les maladies chroniques prises en charge sont :

La maladie de Parkinson

Il s’agit d’un trouble du système nerveux central qui affecte les mouvements et qui entraîne souvent des tremblements. Elle est provoquée par un endommagement des cellules du cerveau et peut durer plusieurs années voir toute la vie. Bien qu’il y ait des traitements pour réduire les répercussions fonctionnelles de cette maladie, elle reste quand même handicapante.  

Les maladies rénales chroniques

Ce sont des insuffisances rénales chroniques dues à un dysfonctionnement des reins et résultant de l’accumulation de déchets dans l’organisme. Elles se manifestent par une grande fatigue ; l’amaigrissement ; des crampes ; des démangeaisons de la peau intenses ou des œdèmes. 

L’insuffisance cardiaque

Ici, le cœur ne pompe pas le sang aussi efficacement qu’il le devrait. L’infarctus du myocarde, l’angine de poitrine et l’hypertension artérielle sont ses causes les plus fréquentes.  Il se manifeste aussi par des œdèmes et l’essoufflement encore appelé dyspnée.

À lire également  Peut-on vivre sans la rate ?

Cancers broncho-pulmonaires et mésothéliome pleural malin

Il s’agit d’un cancer qui, à l’origine, était pulmonaire et évolue plus tard dans les bronches pour devenir broncho-pulmonaires. Il peut se manifester par une toux persistante sans cause apparente et qui ne disparaît pas, des difficultés respiratoires, ou des sifflements pendant la respiration…

Lymphome de Hodgkin de l’adulte

C’est un cancer du sang caractérisé par la présence de cellules « de Sternberg ».Cette maladie se manifeste par de la fièvre, des sueurs nocturnes, pertes de poids, des démangeaisons de la peau, la perte d’appétit ou des respirations sifflantes.

Diabète de type 2 de l’adulte

Ici, la maladie affecte la manière dont le corps régule le taux de sucre (glucose) dans le sang. Son traitement repose sur la diminution et le contrôle du poids par une alimentation équilibrée, une activité physique régulière et l’arrêt du tabac le cas échéant.

Fibrillation atriale

C’est la perturbation du rythme cardiaque. Celui-ci devient irrégulier et entraîne une mauvaise circulation sanguine. Il se caractérise par des palpitations, c’est-à-dire des battements cardiaques rapides, désordonnés et pénibles et des douleurs à la poitrine.

 

Comment vivre avec une maladie chronique ?

Vivre avec une maladie chronique commence d’abord l’acceptation de la maladie. Le malade doit d’abord reconnaître son état de santé et l’accepter. C’est la première phase pour vivre avec un maladie chronique. Il faut admettre qu’on n’est pas en bonne santé mais continuer à vivre le plus normalement possible afin de ne pas altérer « son goût pour la vie ». Ensuite, il s’agira d’apprendre à vivre avec elle. Cela sous-entend de changer son mode de vie : alimentation saine, nécessité de pratiquer une activité physique, prise de médicaments, etc…

À lire également  Symptômes de grossesse 2 jours après le rapport

Dans ce processus, le développement personnel du malade joue un grand rôle. Il devra acquérir des compétences afin de réorganiser sa vie avec la pathologie. Il faut également comprendre sa maladie et parvenir à en parler à son entourage. Ensuite, le patient doit apprendre à s’autogérer, en étant capable de se diagnostiquer et de se prendre en main en l’absence du soignant. Il sera souvent nécessaire pour le patient de s’organiser en fonction de sa maladie sans pour autant la laisser prendre le contrôle sur sa vie.

L’entourage proche joue un rôle clé dans l’acceptation de la maladie. Vivre avec un maladie chronique inclut qu’il ne faudra surtout pas la cacher à ses proches. Leur présence peut aider le patient à ne pas sombrer dans la dépression et la fatalité. La famille et des amis ne doivent pas être mis à l’écart. Il faudra les laisser s’impliquer dans le traitement de la maladie.

Leave a Reply

Your email address will not be published.