Installer un poêle à bois : les étapes à suivre

La présence d’un poêle est indispensable pour toute habitation. Qu’il soit à bois, à pétrole, à gaz ou à granulés, il a toute son importance et surtout dans les périodes d’hiver. Toutefois, il serait idéal d’opter pour un poêle à bois car il vous permet de chauffer votre habitation sans d’énormes dépenses. Voici un développement sur les différentes étapes permettant l’installation d’un poêle à bois.

Première étape : Effectuer les démarches administratives

L’installation d’un poêle à bois dans son domicile est réglementée par plusieurs lois. La particularité ici est que ces différentes lois ne sont pas universelles. Cela revient à dire qu’elle varie d’une ville à une autre ou d’une commune à une autre. 

Chaque ville ou commune peut prendre les mesures appropriées selon elle. Cela dit, il devient important d’informer l’administration locale afin d’avoir une idée sur les démarches et règles. L’administration vous communiquera les irrégularités de votre projet et des ajustements nécessaires à faire s’il n’est pas conforme. 

Dès lors que tout sera en règle, vous pouvez solliciter l’aide des agents administratifs afin d’obtenir une autorisation pour la construction d’une cheminée. Il faut donc retenir qu’avant tout travaux dans votre maison, vous devez obligatoirement contacter l’administration locale afin d’avoir une idée sur ce qui est légal ou illégal. 

Afin d’éviter les complications, l’idéal serait de désigner l’emplacement avant même de programmer l’achat. Souvent, un poêle est installé au premier étage. Cela permet de profiter du rayonnement tout au long de la journée. 

Il doit être posé dans un endroit isolé afin que la chaleur ne puisse pas s’échapper par les murs ou les fenêtres. Un poêle est obligatoirement accompagné d’une cheminée. Ceci dit, il ne doit pas être installé en dessous des poutres soutenant le deuxième étage. 

Deuxième étape: Choisir un poêle à bois de qualité 

Dans certains pays comme les Etats-Unis, il existe une liste de poêles à bois certifiés conformes aux règles. Il convient donc de vérifier correctement les caractéristiques et les traits du poêle à bois que vous choisissez afin qu’il soit conforme aux règles fixées dans votre pays ou région. Généralement, ce sont les critères relatifs au respect de l’environnement qui sont exigés. Un poêle fourni avec un document temporaire indiquant sa conformité est vivement recommandé.

Troisième étape : Identifier le poêle à bois adapté à vos besoins

La taille de votre poêle à bois est très importante à définir. Vous devez savoir que plus le poêle est grand, plus la chaleur dégagée est énorme. Il convient donc qu’un poêle de grande taille dans une petite pièce produirait une chaleur insoutenable. 

La taille du poêle à bois doit être proportionnelle à la taille de votre pièce. C’est-à-dire qu’il doit être conforme au besoin de chauffage. La majorité des fabricants indiquent le rendement des poêles qu’ils confectionnent en BTU (British Thermal Units). Une unité de BTU correspond à 1055,05585 joules. Le rendement maximal d’un poêle est compris entre 25.000 et 80.000 BTU (entre 26 et 85 mégajoules). 

Une maison nécessite généralement entre 5000 et 25000 BTU afin de conserver une température agréable et ce, même en hiver. Il s’agit donc de 5 ou 27 mégajoules environ qui sont nécessaires. Les poêles possèdent une bonne capacité. 

Ils peuvent donc fournir la chaleur nécessaire pour couvrir toute une maison car les capacités et les besoins sont presque égaux. Il est évident que vos besoins varieront en fonction de la période et du climat. Il faudra donc procéder au réglage et poser les questions au fabricant en cas de soucis. 

Toutefois, une utilisation prolongée de votre poêle à bois n’est pas recommandé. Cela pourrait l’endommager et nuire à sa durabilité. Une utilisation modérée et avec une capacité très souvent inférieure à la capacité maximale est recommandée. Pour cela, la capacité du poêle que vous devez choisir doit être supérieure à vos besoins.

Quatrième étape : Délimiter un emplacement idéal pour l’installation de votre poêle 

Un poêle pèse généralement dans les 250kg. Cela revient à dire que vous devez déjà choisir un emplacement approprié afin que le service de livraison puisse le déposer directement. Autrement, vous devrez le faire déplacer par vous-même ce qui n’est pas une sinécure. Des dépenses supplémentaires peuvent même s’imposer pour la location d’un transpalette ou d’un diable. 

Vous pouvez ensuite demander de l’aide à vos amis ou à des parents pour les ajustements mineurs qui doivent être effectués à la main. Les robustes tubes en PVC peuvent également servir de moyen pour déplacer votre poêle en cas de nécessité. 

Cinquième étape : pose d’une couche de protection sur le sol et ajout des boucliers thermiques 

Généralement, cette étape est surnommée dégagement spécifique. Nous parlons de dégagement spécifique s’agissant de l’écart à respecter entre vos équipements, les murs et le sol. Il peut se produire différemment selon les matériaux employés lors de la construction des murs et du sol. Outre ces deux facteurs, le type de poêle à installer est également important dans le processus de dégagement spécifique. 

Le but du dégagement spécifique est d’assurer la sécurité à votre poêle lorsque celui-ci sera en activité. Cette sécurité nécessite donc la pose d’une couche sur le sol (brique, céramique, carreaux etc). Les étincelles et les braises provoquées par l’allumage du chauffage ne tomberont plus directement sur le sol. Cet état de chose permet de réduire considérablement les risques d’incendie liés au chauffage par poêle. 

Par ailleurs, il est également nécessaire de prévoir des boucliers thermiques afin d’assurer les murs conçus avec des matériaux combustibles. Les boucliers thermiques ne sont pas difficiles à poser sur les murs. Ils sont généralement en plaque de métal et permettent de réduire les risques de feu ou de dégâts aux alentours de votre poêle à bois.

Sixième étape : Installer un conduit de cheminée et le connecter au poêle à bois

La cheminée est d’une importance capitale si vous voulez réellement profiter de votre poêle. La cheminée permet de ressortir la fumée produite par la poêle. Elle se chargera également de la répartition de la fumée à l’extérieur. 

À contrario, votre salon risque de se transformer en un cloaque enfumé. Bien évidemment, vous pouvez utiliser le conduit de cheminée existant pour la maison ou en installer un nouveau spécialement pour le poêle. 

Peu importe le cas, le conduit de cheminée doit être conçu à base de matériaux ininflammables pour plus de sécurité. Actuellement, ce sont les conduits de cheminée conçus à base de tubes en inox qui sont souvent associés aux poêles. Il faut également souligner deux points importants ayant rapport au conduit de cheminée :

  • Vous avez la possibilité de raccorder votre poêle au conduit de cheminée grâce à un tuyau de poêle. Toutefois, il faudra avoir à l’idée que le tuyau de poêle ne permet pas une isolation suffisante. 
  •  Une cheminée plus verticale et haute est beaucoup plus fonctionnelle qu’une cheminée horizontale.

Septième étape : Faire appel à un professionnel afin de procéder à l’installation proprement dite et à l’inspection du poêle 

Le bon fonctionnement d’un poêle à bois dépend beaucoup plus de son installation. S’il est bien installé, il pourrait vous offrir les performances dont vous avez besoin. Pour cela, vous devez faire appel à un professionnel en la matière afin que celui-ci puisse d’abord inspecter et vérifier la fiabilité du poêle et aussi pour son installation. 

Dans le cas où vous procéderez à l’installation par vous-même, vous ne devez pas hésiter à contacter un expert au moindre souci. Concernant la sécurité de votre logement après l’installation du poêle, une vérification doit également être effectuée par un expert. Vous aurez dès lors une certaine garantie pour la sécurité de votre logement et de vos biens meubles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *