» Focus » Le Courrier de Metz » Le Courrier de Metz

Le Courrier de Metz

Les origines et l'orientation du journal

 

Fondé en 1892 par l’imprimeur et lithographe Aloys Béha, propriétaire unique du journal pendant trente ans, Le Courrier de Metz est un journal catholique qui défend les intérêts des Messins de souche, tout en gardant une certaine indépendance vis-à-vis de l’évêché.

Ce quotidien se présente comme un journal politique de langue et de culture françaises, mais n’affiche pas d’hostilité envers l’Allemagne. Cependant, chaque lien avec la Lorraine française y est particulièrement souligné. Il est, dans le domaine politique, d’une grande discrétion et n’intervient guère dans les affaires électorales.

 

Les engagements politiques 

 

Ce n’est qu’au début du XXsiècle qu’il s’engage réellement dans les débats de la ville, adoptant un ton très politique en soutenant les hommes du Parti Lorrain Indépendant.

Il relate également en détail les procès-verbaux des réunions du conseil municipal, ce qui représente une certaine forme de transparence. Une grande place est également accordée à l’armée, pas toujours lorsqu’elle parade, mais pour en souligner l’importance économique. On y apprend également les nouvelles réglementations, expression du pouvoir législatif, qui font progresser la germanisation de la cité.

Le Courrier de Metz. 1911-10-19

Le Courrier de Metz 19 octobre 1911

La période Elie Fleur

 

Le titre est racheté en 1910 et Elie Fleur en devient le rédacteur en chef, et lui donne une orientation nettement catholique et francophile. Aussi, les autorités allemandes se plaignent du « ton haineux à l’égard de l’Allemagne ». Le titre est alors sur la liste noire des journaux à interdire en cas de mobilisation.

Son tirage atteint 5000 exemplaires en 1914.

 

 

 

Bibliographie

Le temps des journaux, François ROTH, Editions Serpenoise, 1983

Illustration courrier de metz

Portrait d'Elie Fleur, Bibliothèques-médiathèques de Metz

Le Courrier de Metz