» Focus » L'Écho de Nancy, journal d'occupation » La fin de l'Est Républicain

La fin de l'Est Républicain

02/08/1940. L'Echo de Nancy

Premier numéro de l'Écho de Nancy

La fin de l'Est Républicain

Le 14 juin 1940 paraît le dernier numéro de l’Est Républicain. Demeuré farouchement anti nazi, les dernières années du journal sont de plus en plus difficiles. Les restrictions de papier obligent l’Est à ne paraître que sur une seule feuille. L’équipe rédactionnelle est réquisitionnée, les coupures d’électricité sur Nancy rendent toute parution difficile.

Alors que les allemands entrent dans Paris, le journal se saborde. Le lendemain, c’est l’Éclair de l’Est, son concurrent, qui cesse de paraître. Le 18 juin, les allemands entrent dans Nancy, déclarée ville ouverte.

Le 8 juillet 1940, la totalité des immeubles et locaux de l’Est Républicain sont réquisitionnés par les autorités allemandes. 

 

La naissance de l'Écho de Nancy

Avec la disparition de ses deux principaux quotidiens, la région se trouve privée d’informations écrites. C’est dans ce contexte que fut créé à Nancy le bulletin d’information Nancy Presse, sur l’initiative de l’ancien rédacteur de l’Eclair de l’Est et des deux anciens rédacteurs de l’Est Républicain. Il paraîtra jusqu’au 3 août 1940.
Le 2 août 1940 le premier numéro de l’Écho de Nancy est mis en vente. Véritable instrument de propagande du Reich en Lorraine, il se contentera la plupart du temps de vanter la position de l’Allemagne Hitlérienne. A la différence des autres journaux collaborationnistes de l’époque, l’Écho de Nancy est dirigé uniquement par des allemands.

La fin de l'Est Républicain